Burkina Faso : Le Capitaine Ibrahim Traoré dénonce l’existence de l’esclavage dans les administrations et promet des sanctions

Capitaine Ibrahim Traoré

Le Chef de l'État burkinabé, le Capitaine Ibrahim Traoré

Le dimanche 14 janvier 2024, la Présidence du Burkina Faso a rendue public, un entretien entre le Chef de l’État et le personnel de la présidence le 8 janvier dernier. Au cours de cet entretien, le Capitaine Ibrahim Traoré, a abordé plusieurs sujets cruciaux, soulignant la nécessité d’une lutte vigoureuse contre la corruption et l’esclavage au sein des administrations.

Avec une franchise désarmante, le Capitaine Ibrahim Traoré a évoqué la question de la corruption, affirmant que la nation des Hommes intègres est actuellement confrontée à une période de crise qui exige une gestion prudente des ressources. « Nous sommes un pays en guerre, et on doit bien gérer les ressources. Et quand on parle de ressources, ce ne sont pas seulement les ressources financières, mais aussi la ressource humaine », a souligné le chef de l’État. Dans un constat accablant, le Capitaine Ibrahim Traoré a déploré l’existence de l’esclavage au sein des administrations. Il a souligné que bien que des progrès aient été réalisés dans la lutte contre le terrorisme, un aspect critique demeure négligé : « C’est la corruption, c’est la lenteur administrative, l’administration en général ».

Cette déclaration audacieuse du Président Ibrahim Traoré souligne la volonté du gouvernement de s’attaquer non seulement aux menaces externes telles que le terrorisme mais aussi aux problèmes internes qui sapent l’efficacité et l’intégrité du système administratif. Le Capitaine Ibrahim Traoré a également exprimé son mécontentement envers certains agents qui ne remplissent pas leurs missions correctement. Dans une démarche ferme, il a annoncé des mesures disciplinaires pour remédier à cette situation. « On a adopté des textes pour que les gens puissent sanctionner ceux-là qui ne veulent pas travailler », a-t-il déclaré, soulignant ainsi l’engagement de son gouvernement à instaurer une culture de responsabilité au sein de l’administration.

Ainsi, cette initiative du Président Ibrahim Traoré révèle une volonté résolue de faire face aux défis internes qui entravent le bon fonctionnement de l’administration. Elle souligne également la détermination du Président Ibrahim Traoré de rétablir  l’intégrité et l’efficacité dans les administrations, afin de faire progresser le Burkina Faso dans cette période décisive de son histoire

Aïcha Kaboré 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *